Archives de Catégorie: Nouvelle-France

VIDEO: Breizh on the road… again 2016

Du 13 au 21 mai 2016, Jean François Baudet, président de Bretagne TransAmerica a suivi l’association Breizh-Amerika dirigée par Charles Kergaravat qui organisait dans le cadre de la Fête de la Bretagne une tournée d’un collectif de chanteurs et musiciens bretons dans plusieurs villes américaines : Détroit, Saint-Louis, Chicago, New-Orleans, Lafayette, Scott et Arnaudville.

vidéo de 52 minutes:

Cette deuxième édition était axée principalement sur l’ancienne Louisiane qui longe le Mississipi jusqu’aux grands lacs et colonisé par les Français avant que Napoléon ne la vende aux Américains en 1803.

Le Mississipi avait donc une grande importance et le plus marquant a été la rencontre dans la région Acadiane (sud-ouest de la Louisiane) qui est très agricole avec les Cadiens francophones dont une partie d’entre eux nous apprennent avoir des ancêtres Bretons.

Le Festival Interceltique de Lorient collaborait cette année à cette deuxième édition puisqu’il a annoncé officiellement une année spéciale « USA » avant le 50eme anniversaire qui aura lieu dans 4 ans…

 

DÉTAILS DES ÉTAPES :

https://btagourin.com/2016/06/04/premiere-etape-detroit-michigan/

 

 

 

https://btagourin.com/2016/06/07/deuxieme-etape-saint-louis-jour-2/

Concert au Focal Point de Saint-Louis

https://btagourin.com/2016/06/07/troisieme-etape-chicago-jour-1/

Lors Landat au Lycée Français de Chicago

https://btagourin.com/2016/06/09/troisieme-etape-chicago-jour-2/

WBEZ en direct sur la bande FM de Chicago...

https://btagourin.com/2016/06/11/quatrieme-etape-nouvelle-orleans-louisiane/

IMG_0566

https://btagourin.com/2016/06/11/cinquieme-etape-baton-rouge-et-lafayette/

Centre Internationale avec Philippe Gustin

https://btagourin.com/2016/06/12/sixieme-etape-scott-et-arnaudville-dernier-article/

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert où le public est invité à danser

RÉSUMÉ:

A Lafayette, un grand Festival Internationale de Louisiane rassemble chaque année en avril, un public nombreux et fait rayonner la culture Cadienne et la francophonie aux États-Unis. Ce festival est déjà associé avec le grand Festival de Jazz de Montréal. Le gouvernement de Louisiane, les associations et les forces vives de Lafayette veulent aller plus loin et ont reçu les deux dirigeants du Festival de Lorient et Breizh-Amerika. Lisardo Lombardia, directeur du FIL, a effectué un immense travail de présentation du Festival de Lorient. Bruno Jaouen, vice-président du FIL, mais aussi élu municipal de Lorient, a pris connaissance du désir des Cadiens de faire rayonner leur culture et les échanges économiques de façon permanente : Ils veulent établir un pont économique et universitaire avec la Bretagne. Lafayette est une ville de 125 000 habitants tout à fait comparable à Lorient.

Nos hôtes ont mis tous leurs espoirs d’aboutissement d’échanges en nous, en nous consacrant tous à la fin de la journée « Citoyen d’Honneur de Lafayette ».

Breizh-Amerika: Citoyens d'honneur de Lafayette

Breizh-Amerika: Citoyens d’honneur de Lafayette

Le lendemain, lors du concert à Arnaudville, Mavis, une des animatrices du Nunu Art and Music d’Arnaudville (centre culturel) et dont le petit-fils était parmi les élèves échangés avec le lycée Saint-Yves de Gourin, nous a inondé d’éloge sur Jacques Affaire, directeur du lycée de Gourin et sur David Le Solliec, maire, qui ont œuvré dans ces premiers échanges. Michael Vincent, responsable de la section agro-alimentaire de la prestigieuse Université d’état de Louisiane (LSU) qui a assisté à cette discussion nous déclare être prêt à réaliser ce même type d’échange avec une université de Bretagne si cela est possible… Mavis nous questionne sur une éventualité de prolonger et pousser plus loin les échanges avec Gourin qui pourrait être artistiques maintenant. L’appel est lancé !

L’histoire des Cadiens est semblable à celle des Bretons concernant la langue par exemple où il était interdit de parler français dans les écoles après 1916 et les enfants pris en faute étaient agenouillés sur des grains de riz… Il en résultera une baisse de locuteur de langue française. Aujourd’hui, la Louisiane compte 4,5 millions d’habitants et seulement 200 000 locuteurs de langue française et principalement autour de Lafayette en région Acadiane. Cette région ressemble étrangement au Centre-Bretagne et possède un industrie artisanale agro-alimentaire comme par exemple la fabrique de « boudin cajun » à l’aide de cochons élevés en pleine nature.

Un organisme d’état CODOFIL est chargé de sauvegarder la langue française et est chargé d’enseigner le français par immersion dans les écoles. Cet organisme est soutenu aussi par le Consulat général de France dont le nouveau consul Grégor Trumel est breton par sa mère et de plus, fan du chanteur Alan Stivell, le plus Gourinois des chanteurs bretons. Le CODOFIL qui nous a invité à déjeuner, semble également apprécier ce projet d’échange avec Lorient. Notons que des élèves de l’école bilingue de Gourin ont posé des questions par SMS à Lors landat, le chanteur du groupe, qui a répondu en langue bretonne sur une vidéo depuis Arnaudville…

L’amitié des Cadiens nous a tout à fait éblouis pendant ce court séjour en Acadiane (3 jours seulement). Nous avions l’impression d’être dans un autre coin de Bretagne que nous ne connaissions pas. Une grande amitié et une fraternité sont nées et « de grandes choses seront à faire » dira Charles Kergaravat à l’initiative de ce grand projet de Breizh Amerika. Espérons ensemble que nous retrouverons très bientôt nos « frères Cadiens » que nous gardons maintenant dans notre cœur.

Le site de Breizh-Amerika: www.breizh-amerika.com

Cette vidéo a été diffusée en exclusivité au château de Tronjoly du 1er juillet 2016 au 31 aout 2016.

Autre vidéo: La Grande Traversée

Si vous l’avez aimée, merci de mettre un « like » SVP…

Publicités

Gourin à l’honneur…

IMG_1466.JPG

Les délégations de Louisiane et d’Irlande du nord reçues par Breizh-Amerika et Bretagne Transamerica au château de Tronjoly à Gourin

IMG_1498

Dr Michael Vincent

#‎Gourin‬ à l’honneur lundi 8 août avec la visite d’une délégation de Louisiane menée par Dr Michael Vincent, chercheur au ‪#‎LSUagCenter‬ (Université d’état de Louisiane) et membre du Codofil -Agence des Affaires Francophones de Louisiane, Bryan Mitchell Theriot, directeur de la Galerie Acadiana de Scoot (qui a visité les expositions d’ A Ciel Ouvert Gourin avec sa présidente Nicole Jamet), la délégation d’Irlande du nord menée par le député de Belfast-sud, Alasdair McDonnell qui revendique le maintien de l’Irlande du nord dans l’Union Européenne… accompagné de son attachée parlementaire Caroline McNeill

IMG_1502

Alasdair McDonnell

D’une façon émouvante, après les explications du député dont l’esprit nous est sympathique, les personnes présentes ont compris l’enjeu que représente la sortie du Royaume Uni qui entraîne la partie nord de l’Irlande tandis que la partie sud se développe économiquement et harmonieusement dans l’UE et de plus fait partie de la zone euro… Les communautés irlandaises sont en paix et l’Europe est garante de cette situation. Le député souhaite que l’Union reste comme elle est aujourd’hui… Il craint que ce démantèlement de l’UE soit néfaste à tous les pays finalement!… Il recherche l’appui des cousins de Bretagne.

IMG_1497

Hilary Beirne


Autre personnalité présente, Hilary Beirne qui était déjà venu au château de Tronjoly il y a deux ans. Il est membre du comité du défilé de la Saint-Patrick de New-York. Durant son séjour à Vannes et notamment au Festival Interceltique de Lorient, il annoncera l’invitation du Bagad de Vannes pour 2018 et celui de Lorient en 2017… avec la collaboration de Breizh Amerika présidée par Charles Kergaravat.

IMG_1496

Au nom de Bretagne Transamerica, Christiane Jamet et moi-même Jean François Baudet remercient la commune de Gourin, représentée par Hervé Le Floc’h, premier adjoint au maire, ainsi que les personnes présentes, pour l’accueil que la cité a accordé à ces délégations qui ont honorés les expositions du château de Tronjoly par leur présence.
Cette visite s’est achevée par un cocktail dont le cidre de Gourin, accompagné de diverses charcuteries locales très appréciées des visiteurs (merci Philippe Cotten) et en cadeau une douzaine de crêpes gourinoises à chaque représentant, offertes par l’association Bretagne Transamerica.IMG_1499

sixième étape: Scott et Arnaudville (dernier article)

Samedi 21 mai,

l'Acadiane

L’Acadiane

Nous nous trouvons dans la zone francophone de la Louisiane que l’on appelle « Acadiana » (Acadiane) qui compte environ 200 000 locuteurs de langue française. On pourrait comparer cette région au Kreizh-Breizh où sont concentrées les locuteurs de langue bretonne aujourd’hui.

Centre-Bretagne Ouest

Centre-Bretagne Ouest

Ce qui est frappant en arrivant à Scott, c’est que l’on trouve une zone artisanale comme chez nous avec notamment des fabricants de boudins cajuns…

Chez Bryan Thériot: La Gallerie Acadiane

Chez Bryan Thériot: La Gallerie Acadiane

On dirait que cette zone préservée par ses habitants qui parlent français, rime avec culture et conservation des traditions. Je ne me tromperais pas car en arrivant dans ce village de Scott, qui compte environ 4000 habitants, on nous accueille avec des drapeaux bretons accrochées aux galeries des maisons. Ici, on est accueilli les bras ouverts chez Bryan Thériot d’abord, notre guide depuis le départ, qui est artiste et possède une affaire dans un ancien bar où l’on vend des peintures, tee-shirts et souvenirs de la région Acadiane.

Gallerie Acadiane

Gallerie Acadiane

Il dessine lui-même les tee-shirts typiques pour la promotion de la culture Cadienne et la conservation de cette culture. On admirera également des peintures réalisées par lui et son ami d’enfance Michel Vincent. Toute la famille et les amis sont là dont les parents et la petite fille de Bryan. Les gens du village arrivent puisque ce matin, il y a concert à la « Gallerie Acadie » avec le Breizh-Amerika Collective et un duo Cadiens (violon et accordéon). C’est d’ailleurs lui, le violoniste Jourdan Thibodeau, qui est l’agriculteur et le producteur de boudin cajuns que l’on dégustera toute la matinée.

boudin cajun

boudin cajun

Le « boudin cajun » n’a pas rapport avec le nôtre. Il est fait à base de viande de cochon, de riz, de légumes, d’épices et est légèrement sucré ce qui lui donne une touche « créole ».

Ici, pour faire connaissance, à son tour, chacun se présente en quelques mots et dit ce qu’il souhaite que l’on retienne de lui. Et puis, une grande surprise et un grand honneur nous attend en la présence de Zachary Richard qui le chanteur mondialement connu depuis les années 80 et qui tournait sur les platines des radios libres.

Zachary Richard

Le grand Zachary Richard

Après la prestation des musiciens bretons et cadiens, Zachary n’hésite pas à entonner une chanson faisant référence à ses racines bretonnes également du côté de son arrière-arrière-grand-mère… Il nous confiera à l’oreille se souvenir depuis 30 ans de tous ses séjours en Bretagne exactement comme si c’était hier ! Sa dernière venue était justement pour le Festival Interceltique de Lorient l’année dernière.

Scott au couleur bretonne et acadiane

Scott au couleur bretonne et acadiane

En face de la Galerie Acadie, nous remarquons également des drapeaux bretons : En fait, il s’agit de la maison d’un célèbre artiste peintre qui a mis en évidence la culture Cadienne depuis les années 60 et qui fut le père de Mark, notre autre accompagnateur.

Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns »

Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns »

IMG_0649

Il s’agit du peintre au crayon et encre de Chine Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns ». Ce maître se spécialisait dans les dessins de mode de vie cajun, en particulier des scènes de famille de la première moitié du 20e siècle… Ici, on est très fier d’être Cajun et on conserve cette culture !

Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan

SAINT-MARTINVILLE: Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan

Nous poursuivons notre tour d’Acadiane avec Saint-Martinville. Cette paroisse est la plus ancienne de la communauté Cadienne en Louisiane. L’église est magnifique. Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan. Ici, se trouve également le grand-chêne d’Evangeline qui rencontra son fiancé…

Le chêne d'Evangeline

Le chêne d’Evangeline…

C’est l’Histoire du Grand Dérangement des Acadiens expulsés du Canada vers l’Europe après la défaite des Français lors de la guerre de 7 ans puis revenus de France et entre autres de Belle-île en mer après leur période de déportation. Un Mémorial des familles Acadiennes y a été construit avec tous les noms des occupants des sept caravelles qui ramenèrent les Acadiens en terre de Louisiane il y a 250 ans… Nous y avions appris qu’un Breton clandestin était à bord d’une des caravelles car il voulait rester avec sa fiancée… Ensuite, au déjeuner, nous mangerons de l’alligator frit au déjeuner suivit de Po-Boy (plat typique de Louisiane).

Déjeuner à Saint-Martinville

Déjeuner à Saint-Martinville

Il fait très chaud cet après-midi ! Nous poursuivrons notre tour de la région Acadiane par Arnaudville de l’autre côté de Lafayette… Le lycée agricole de Gourin entretient des échanges avec le collège agricole de cette petite ville de 4000 habitants. Ici, nous nous finirons notre périple au Nunu Art and Culture Collective qui est un lieu culturel et animé. Pourtant, il est situé en plein milieu d’un magnifique paysage agricole avec d’ancien séchoirs à maïs. Un ancien hangar transformé en un immense centre culturel qui fait aussi restaurant et salle de concerts.

Mavis à Arnaudville au Nunu Art and Culture Center

Mavis à Arnaudville au Nunu Art and Culture Center

Nous y rencontrons la célèbre Mavis qui accueille tout ce beau monde. Mavis est une ancienne employée de banque à la retraite, elle est également à l’initiative des échanges avec le Lycée Agricole de Gourin et elle nous confie vouloir prolonger et améliorer les relations avec la Bretagne. Elle organise tous les mardis un cours de fabrication artisanale de couvertures en patchwork et l’obligation des participantes est de communiquer uniquement en langue française. Mavis possède également un gite d’accueil pour les Bretons qui voudraient passer des vacances en Acadiane et plus particulièrement à Arnaudville. Elle me charge de rencontrer le maire de Gourin, David Le Solliec pour le saluer de sa part. Un groupe de trois musiciens cadiens joue pendant que les gens s’installent pour cette soirée spéciale « Bretagne – Acadiane» avec un menu où l’on dégustera bien sur des crêpes au sarrasin avec du boudin cajun…

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert où le public est invité à danser

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert où le public est invité à danser

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert (le dernier) où le public est invité à danser. Quel courage sous cette chaleur qui mettra à mal l’accordéon de Thomas et la basse de Julien… Lors Landat, le chanteur sera impeccable et répondra en langue bretonne aux questions reçues par SMS des petits bretons des classes publiques bilingues sur une vidéo qui sera enregistrée. Charles fera l’interview de Michel Vincent qui est notre guide et ange-gardien avec Bryan depuis le début de ces trois jours…

On mettra à jour que nous avons le même combat. On fera état de cette autre bulle francophone entourée du monde anglophone qu’est l’Acadiane et de la responsabilité des derniers héritiers de préserver la langue française des Cadiens en Amérique. Nous apprendrons qu’au début du XXe siècle, les enfants francophones ont été interdits de parler leur langue comme en Bretagne pour la langue bretonne. Les écoliers qui parlaient français étaient punis et devaient se tenir à genoux sur des grains de riz… C’était horrible !

Ici on parle français

Ici on parle français

L’amitié des Cadiens nous a tout à fait éblouis pendant ce court séjour en Acadiane. Nous avions l’impression d’être dans un autre coin de Bretagne que nous ne connaissions pas. Une grande amitié et une fraternité sont nées et « de grandes choses seront à faire » dira Charles Kergaravat à l’initiative de ce grand projet de Breizh Amerika. Espérons ensemble que nous retrouverons très bientôt nos frères Cadiens que nous gardons dans notre cœur et qui nous manquent déjà !

C'est le départ!...

C’est le départ!…

Au revoir mes frères et sœurs Cadiens!

Clin d’œil de Bryan à la Bretagne et à l'Acadiane.

Clin d’œil de Bryan à la Bretagne et à l’Acadiane.

————————————-

Une vidéo retraçant le séjour de Breizh-Amerika et les échanges culturels et économiques avec les Etats-Unis sera présentée au Château de Tronjoly de Gourin avec une exposition de photographies. Cette exposition débute le 1er juillet 2016 et se termine le 31 aout 2016 et est réalisée en association avec Bretagne TransAmerica et A Ciel Ouvert. L’entrée est libre et elle est ouverte tous les jours de 11h à 12h et de 14h à 18h.

A noter également qu’un collectage-vidéo de témoignages de Bretons émigrés en Amérique aura lieu lors de la Fête de la crêpe à Gourin les 30 et 31 juillet 2016.

Rendez-vous à Tronjoly!...

Rendez-vous à Tronjoly!…

 

Quatrième étape: Nouvelle-Orléans (Louisiane)

Jeudi 19 mai,

Ce matin, le Collective 2016 prend l’avion de Chicago à La Nouvelle-Orléans. Aux États-Unis, on prend l’avion comme on prend le train en Bretagne !… Il faut deux heures et demi environ pour faire la distance. A la Nouvelle-Orléans, c’est Mickael (que nous appellerons Michel) et Bryan qui nous attendent. Ils seront nos guides et nos anges-gardiens durant tout le séjour.

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel habite Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane : il est chercheur pour la LSU (Louisiana State University) et Bryan est artiste peintre et tient un centre d’art. Ils sont originaires de la petite ville de Scott comme Mark que l’on rencontrera plus tard. Ils sont locuteurs de langue française et souhaitent promouvoir et défendre cette langue en Louisiane. Ils ont beaucoup de points communs avec les Bretons et la Louisiane également. En Louisiane, il y a entre 4,5 millions d’habitants mais ils ne sont plus que 200 000 à parler le français… Surprenante cette similitude !

Ils nous accompagnent à notre hôtel situé au centre de la ville devant la statue de Robert Edward Lee, héros et général sudiste lors de la guerre de Sécession. La température est d’environ 30°c en Louisiane et il est prévu un orage ce soir… La Louisiane a un climat tropical et c’est aussi un état très agricole où l’on cultive la canne à sucre et le riz principalement.

Au déjeuner, nous testons la soupe « Combo » ou « Gombo » pour certains et le « grilled shrimp Po-boy » pour les autres… Plats typiques de Louisiane. Nous avons ensuite rendez-vous chez Monsieur Le Consul de France pour un cocktail de bienvenue. Monsieur Grégor Trumel est Normand par son père et Breton par sa mère… Il nous accueille magnifiquement au consulat où la musique de fonds est celle du plus Gourinois des chanteurs Bretons : Alan Stivell.

IMG_0566

Réception chez Monsieur Le Consul de France Grégor Trumel

Une Penn-ar-box sera offerte à Monsieur Le Consul. Il est ravi.

Ce soir, le Collective jouera au pub « Irish House » de La Nouvelle-Orléans. Ce pub est connu pour inviter chaque semaine des groupes de musiciens internationaux et ce soir ce sera la Bretagne en l’honneur de la Fête de la Bretagne.

Concert à l'Irish House

Concert à l’Irish House

Une particularité ce soir : Séverine Cholet, crêpière, est invité par le pub pour faire des « galettes-saucisses ». Vous l’aurez deviné, Séverine est Brétillienne d’origine. Elle demeure en Louisiane depuis 5 ans environ (mariée à un Américain) et elle se déplace avec ses biligs pour faire des crêpes chez les gens ou bien dans des points de rencontre comme ce soir au pub. Son entreprise s’appelle « CREPES RENDEZ-VOUS ». Nous sommes très heureux d’avoir fait sa connaissance.

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

La soirée est décontractée et le public tombe sous le charme des musiciens bretons.

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Un Couple d’Américains accompagné de leur fille Renée sont arrivés très tôt et se sont mis sur une des premières tables pour ne rien manquer de la soirée. Il s’agit de Patrick DAVIS. Il est Cadien et parle un peu français. Toutefois, il est fier de nous présenter sa fille qui apprend le français à l’école. Son ancêtre Cadien est Pierre-Joachim-René de SAINT-GERMAIN qui serait arrivé en Acadie (Nouvelle-France) vers 1760. Cet ancêtre est né à Bézouges-la-Pérouse en Ille et Vilaine (35) le 19 juillet 1741, il s’est marié à Marie-Blanche BERGERON le 1er mai 1771 à Saint-Jacques (Saint-James) en Louisiane… Patrick et sa famille ont passé une excellente soirée et ils sont venus nous le dire.

Drapeau Cadien

Drapeau Cadien: La Stella-Marie représente l’origine Acadienne, les fleurs de lys représentent la France et le château représente l’hospitalité et la protection espagnole (Castille).

En ce jour de la Saint-Yves, chère à l’Histoire des Bretons, Michel et Bryan me diront qu’ici on appelle les habitants les « Cadiens » et que ce sont des journalistes Parisiens mal informés qui les ont appelés « Cajuns » car attention, il s’agit d’un anglicisme puisqu’en anglais on prononce ce mot « Cadiens » également. Je trouve cela important car ce peuple se rapproche encore plus ainsi de ses racines Acadiennes et de son Histoire.

l'Acadiane

L’Acadiane (en rose)

Ce soir, nous avons fait la connaissance également de Susan Karimiha et de David Picha, amis de Michel et Bryan, tous chercheurs au LSA (Louisiana State University) où nous avons rendez-vous demain après-midi. Il existe un potentiel d’échange à mettre en place avec les universités bretonnes et notamment sur les polymères. Nous vous en parlerons dans notre prochain article. Nous rentrons à l’hôtel (pour une partie du groupe) et l’orage éclate… alors que l’autre partie visite le « quartier français » avec Mark qui les sauvera avec son « truck ». Tout ce beau monde rentrera à l’hôtel sain et sauf.

 

Deuxième étape: Saint-Louis (jour 2)

Barbara et Grégory Koppe, ex-président de l'Alliance Française, mes hôtes m'ont accueilli ce dimanche matin par le traditionnel brunch américain et le fameux Bloody Mary...

Barbara et Grégory Koppe, excellent cuisinier et ex-président de l’Alliance Française, mes hôtes, m’ont accueilli ce dimanche matin par le traditionnel brunch américain et le fameux Bloody Mary…

Le Collective de Breizh Amérika reste sous le charme du très bon accueil de l’Alliance Française de Saint-Louis. En ce dimanche 15 mai, c’est quartier libre jusqu’à midi. Chaque membre du Collectif est accueilli dans une famille…

Quartier libre à Saint-Louis (Missouri)

IMG_0336 IMG_0339 IMG_0340

GRAND CONCERT DE SAINT-LOUIS

Par contre, c’est ce soir le deuxième grand concert de la tournée Breizh on the road…again 2016! Il se déroulera dans une des plus vieilles salles de « folk song » du Missouri, The Focal Point.

Tous les musiciens ont été très bien accueillis.

Concert au Focal Point de Saint-Louis

Concert au Focal Point de Saint-Louis

De gauche à droite: Lors Landat, Thomas Moisson, Alex Asher et Julien Le Mentec.

CONCERT AU FOCAL POINT

Le Collective à rendez-vous dans cette salle de concert où ils sont accueillis par Jean qui a étudié le français et qui sera notre régisseur ce soir. On procède au déballage du matériel et à la balance du son.

The Point Focal est une salle « Vintage » et tout à fait mythique puisque de nombreux groupes s’y sont produits, ce qui fait sa réputation. L’accordéoniste, Thomas Moisson, qui est aussi ingénieur acoustique de son métier, explique que ce bâtiment a été construit en 1920 avec un plancher de bois franc qui donne un charme à ce lieu mais joue un rôle très important pour le son recherché lors des concerts et colle très bien avec la musique folk. Avec des sièges mobiles de type « cinéma » ou « théâtre », on peut modifier l’agencement de la salle.

Ce soir, on disposera ces sièges en « mode concert » avec une place devant et derrière pour les danseurs s’il y en a…. Et il y en aura !…

Le concert se déroulera ici en deux parties entrecoupées d’un entracte.

Danseurs au Focal Point de Saint-Louis

Danseurs au Focal Point de Saint-Louis

La salle est presque complète ce soir. Il y a quelques Bretons bien sûr mais aussi des membres de l’Alliance Française que l’on a convaincu à venir hier après-midi lors de la conférence. Toutefois, la majeure partie est américaine. On notera la présence d’un responsable de la culture irlandaise.

Le concert commence : Après l’accueil du propriétaire, Charles Kergaravat présente le groupe composé de Thomas Moisson et son compère Lors landat, suivi de Julien Le Mentec à la basse et de l’Américain Alex Asher, tromboniste. Alex réalise une performance à chaque fois avec son instrument, qui est peu banal dans la composition habituellement que l’on peut trouver en Bretagne : c’est ça la touche américaine et l’ouverture sur le monde! N’oublions pas que ce musicien de jazz au départ est aussi bien à l’aise avec la musique traditionnelle du Collectif de Bretons qu’avec la chanteuse Beyoncé qu’il accompagnait dernièrement, ou encore un chanteur comme Boy Georges qu’il rejoindra après cette tournée. Ce musicien est talentueux et connait bien la Bretagne et ses festoù-noz pour l’avoir visité il y a deux ans. Il enseigne même la musique bretonne à la French School de New-York.

Comme prévu, le public en redemandera. Lors Landat fera la démonstration des pas de gavotte pour permettre à ceux et à celles qui ne connaissent pas, de participer.

Bien entendu, cette soirée s’achève et sera trop courte pour nos Bretons présents. Le public fera une « standing ovation ». Ils sont forts à Saint-Louis, ils auront fêté la Bretagne comme il faut.

Le lendemain, en chemin (route 66) Julien Le Mentec fait le point sur cette soirée…

2016 sera de nouveau l’année de la Nouvelle-France

C’était la Nouvelle-France de 1534 à 1759: Nos cousins sont toujours là!

Carte géopolitique de la Nouvelle-France de 1534 à 1759

Carte n°1: géopolitique de la Nouvelle-France de 1534 à 1759 (source: Wikipédia)

Pour ceux qui l’ignoraient encore, l’exposition « Ces Bretons d’Amérique » s’appelle ainsi en l’honneur des Bretons qui ont œuvré à la création de la Nouvelle-France … jusqu’à aujourd’hui!

Il est important de rappeler que le traité d’Union-Association entre la Bretagne et la France date de 1532… La Bretagne avait une marine qui impressionnait, elle était riche et commerciale. (On sait depuis toujours que les Bretons et les Basques allaient pêcher sur les cotes de Terre-Neuve et qu’ils avaient installés des séchoirs à poissons sur les côtes et îles maritimes canadiennes…) L’histoire de l’Amérique Française débute deux ans plus tard, en 1534 par la « découverte » des terres du Canada par le Breton Jacques Cartier pour l’honneur du roi de France…

… jusqu’à la désastreuse et rapide bataille des plaines d’Abraham de la ville de Québec le 13 septembre 1759 (en effet, elle ne dura que 30 minutes!)

VOICI LA CARTE DE L’ÉPOQUE:

Carte des territoires colonisés ayant constitué la Nouvelle-France (en rose) en 1748

Carte n°2: En rose et jaune: Les territoires colonisés ayant constitué la Nouvelle-France (Canada, Louisiane et Nouvelle-Bretagne) en 1748. En beige: Les colonies britanniques. L’ouest était Amérindien.

Nouvelle Bretagne: Aujourd’hui le Labrador et le Nunavut)

LES MAUDITS FRANÇAIS!

Si vous avez l’occasion de visiter l’oratoire du Mont-Royal à Montréal, il est tout à fait étonnant (pour nous Européens) de constater l’étendu sur la carte géopolitique de ce que représentait la « Nouvelle-France » de 1748!… Cette carte pourrait vexer un colonialiste! C’est peut-être pour cela qu’elle est là!

Cette bataille des plaines d’Abraham de 1759 a eut des conséquences épouvantables sur la géopolitique de la Nouvelle-France: Les 90 000 Français d’alors et leurs descendants ensuite n’ont jamais digéré le fait qu’on les ait laissé ainsi aux mains de nos pires ennemis d’alors! Les Britanniques s’emparaient de toute la partie rose (Le Canada).

Et la partie jaune (La Louisiane)?…me direz-vous? Pourquoi n’a t-elle pas été cédée? Parce que c’est un Breton de Quimper qui la gouvernait à l’époque. Louis Billouart (aliàs Billoart), chevalier, seigneur de Kerlerec qui en sera Gouverneur jusqu’en 1763…

LOUISIANE: ALLER ET RETOUR

1763: C’est la fin de la guerre des sept ans et Paris cède La Louisiane à l’Espagne… La France ne conserve que les Antilles, dont Saint-Domingue. L’opinion française de l’époque considère la conservation des Antilles, « les îles à sucre » comme une victoire et la perte du Canada comme une délivrance…

1765 : C’est l’époque du « grand dérangement ». Sous l’autorité des Espagnols, des Français accueillent des Acadiens du Canada qui s’installent en Louisiane, sans savoir que le territoire n’est plus français. Denis-Nicolas Foucault les installe dans les prairies des Attakapas avec les familles créoles récemment arrivées de Fort Toulouse et de la Mobile.

1800 : Restitution secrète par l’Espagne de la Louisiane à la France dans le cadre du traité de San Ildefonso, négocié par Napoléon, qui vient d’arriver au pouvoir.

CETTE CARTE AURAIT TOUT CHANGE?

Territoires contrôlés par la France entre 1534 et 1763

Carte n° 3: Les territoires contrôlés par la France entre 1534 et 1763.  (Vous remarquerez les noms français). Par contre, ici on a oublié la Nouvelle-Bretagne…

L’INDÉPENDANCE: Désolé, encore un petit rappel

1775-1783:  La guerre d’indépendance opposa les Treize colonies d’Amérique du Nord (partie rouge carte n°3) au Royaume de Grande-Bretagne.  Le 4 décembre 1776, les caprices du vent amenèrent Benjamin Franklin à débarquer à Saint-Goustan (Morbihan), au lieu de Nantes. L’émissaire du congrès des États-Unis d’Amérique se rendit ensuite chez le roi Louis XVI afin d’obtenir le soutien de la France. Sans minimiser Lafayette (dont la mère était Bretonne), un autre personnage aussi important, le Breton Charles Armand Tuffin, marquis de la Rouërie, aida son ami George Washington*. Les Américains l’appelaient aussi « Le colonel Armand** ». Il se distingue à la tête de la première légion de dragons (cavalerie) et participe activement à la bataille de Yorktown. De nombreux marins et mousses bretons sous le commandement de Lafayette (et dont les noms figurent aux château de Tronjoly à Gourin) participeront aux nombreuses batailles maritimes qui permettra cette indépendance…

Un peu plus tard en 1803, la partie jaunâtre, la Louisiane de l’époque (encore minimisée sur la carte de l’époque et située au sud) sera vendue à cette nouvelle fédération des États-Unis d’Amérique (Enfin, là aussi, si Google-Map avait existé, on se serait peut-être rendu compte que cela représentait réellement un très grand territoire). La Louisiane commençait donc de la frontière du Canada (des grands lacs jusqu’au Montana)  et descendant en entonnoir de chaque coté du fleuve du Mississippi jusqu’à la mer par la Nouvelle-Orléans. Soit presque 2/3 du territoire. Rappelons que l’ouest restait  Amérindienne…

VISION CARICATURALE:

Si à l’époque Internet en général avait existé? Peut-être que cela aurait été différent, en effet?
Quelques fois, et même souvent diront certains, il n’est pas rare qu’à Paris, on a une vision déformée de celle des provinciaux et des Bretons en particulier …

« …Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut… »

« Quelques arpents de neige » est l’une des citations de Voltaire par lesquelles celui-ci exprimait son évaluation dépréciative de la valeur économique du Canada et, par extension, de la Nouvelle-France. Parce qu’elle exprime de façon concise une vision caricaturale qui avait cours en certains milieux Parisiens de l’époque, cette expression s’est intégrée à la culture populaire québécoise et elle est régulièrement citée au Québec avec une conclusion générale: « Les maudits Français!… »

 QUELS SONT LES ÉTATS DE LA LOUISIANE (Nouvelle-France du coté États-Unis)?

Carte des acquisitions territoriales des États-Unis d'Amérique.

Carte n°4: Les acquisitions territoriales des États-Unis d’Amérique – En beige (moins les 13 États fondateurs) et en blanc, la Louisiane cédée de Napoléon est décomposée en plusieurs états… (cliquez sur la carte pour agrandir)

 

Si Google-Map avait existé?… Pour notre association, 2016 sera l’année de la Nouvelle-France et plus particulièrement de la Louisiane et du Mississippi… Bonne année à tous!

Jean François Baudet
président de Bretagne TransAmerica btagourin.com

auabtMerci au cabinet d’architecture de Leuhan qui a permis la création des panneaux de l’exposition « Ces Bretons d’Amérique » visible tous les étés au château de Tronjoly à Gourin – 56

Devise du Minnesota: L'étoile du nord

Devise du Minnesota: L’étoile du nord (auparavant: Pays d’en haut)

*Saviez-vous que le premier président des États-Unis a écrit de nombreuses correspondances et recommandations sur le « Colonel Armand: marquis de la Roue͏̈rie »?

** Après le débarquement en Normandie, lors de la libération de la Bretagne en 1944, le Lieutenant-général Patton, commandant des forces alliés, rendit un hommage militaire au château du « Colonel Armand ». Notez que le colonel Armand était aussi l’organisateur de l’Association bretonne… C‘est peut-être pour cela que l’on n’en parle pas beaucoup! Nous allons également lui rendre honneur en 2016.