Quatrième étape: Nouvelle-Orléans (Louisiane)

Jeudi 19 mai,

Ce matin, le Collective 2016 prend l’avion de Chicago à La Nouvelle-Orléans. Aux États-Unis, on prend l’avion comme on prend le train en Bretagne !… Il faut deux heures et demi environ pour faire la distance. A la Nouvelle-Orléans, c’est Mickael (que nous appellerons Michel) et Bryan qui nous attendent. Ils seront nos guides et nos anges-gardiens durant tout le séjour.

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel habite Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane : il est chercheur pour la LSU (Louisiana State University) et Bryan est artiste peintre et tient un centre d’art. Ils sont originaires de la petite ville de Scott comme Mark que l’on rencontrera plus tard. Ils sont locuteurs de langue française et souhaitent promouvoir et défendre cette langue en Louisiane. Ils ont beaucoup de points communs avec les Bretons et la Louisiane également. En Louisiane, il y a entre 4,5 millions d’habitants mais ils ne sont plus que 200 000 à parler le français… Surprenante cette similitude !

Ils nous accompagnent à notre hôtel situé au centre de la ville devant la statue de Robert Edward Lee, héros et général sudiste lors de la guerre de Sécession. La température est d’environ 30°c en Louisiane et il est prévu un orage ce soir… La Louisiane a un climat tropical et c’est aussi un état très agricole où l’on cultive la canne à sucre et le riz principalement.

Au déjeuner, nous testons la soupe « Combo » ou « Gombo » pour certains et le « grilled shrimp Po-boy » pour les autres… Plats typiques de Louisiane. Nous avons ensuite rendez-vous chez Monsieur Le Consul de France pour un cocktail de bienvenue. Monsieur Grégor Trumel est Normand par son père et Breton par sa mère… Il nous accueille magnifiquement au consulat où la musique de fonds est celle du plus Gourinois des chanteurs Bretons : Alan Stivell.

IMG_0566

Réception chez Monsieur Le Consul de France Grégor Trumel

Une Penn-ar-box sera offerte à Monsieur Le Consul. Il est ravi.

Ce soir, le Collective jouera au pub « Irish House » de La Nouvelle-Orléans. Ce pub est connu pour inviter chaque semaine des groupes de musiciens internationaux et ce soir ce sera la Bretagne en l’honneur de la Fête de la Bretagne.

Concert à l'Irish House

Concert à l’Irish House

Une particularité ce soir : Séverine Cholet, crêpière, est invité par le pub pour faire des « galettes-saucisses ». Vous l’aurez deviné, Séverine est Brétillienne d’origine. Elle demeure en Louisiane depuis 5 ans environ (mariée à un Américain) et elle se déplace avec ses biligs pour faire des crêpes chez les gens ou bien dans des points de rencontre comme ce soir au pub. Son entreprise s’appelle « CREPES RENDEZ-VOUS ». Nous sommes très heureux d’avoir fait sa connaissance.

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

La soirée est décontractée et le public tombe sous le charme des musiciens bretons.

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Un Couple d’Américains accompagné de leur fille Renée sont arrivés très tôt et se sont mis sur une des premières tables pour ne rien manquer de la soirée. Il s’agit de Patrick DAVIS. Il est Cadien et parle un peu français. Toutefois, il est fier de nous présenter sa fille qui apprend le français à l’école. Son ancêtre Cadien est Pierre-Joachim-René de SAINT-GERMAIN qui serait arrivé en Acadie (Nouvelle-France) vers 1760. Cet ancêtre est né à Bézouges-la-Pérouse en Ille et Vilaine (35) le 19 juillet 1741, il s’est marié à Marie-Blanche BERGERON le 1er mai 1771 à Saint-Jacques (Saint-James) en Louisiane… Patrick et sa famille ont passé une excellente soirée et ils sont venus nous le dire.

Drapeau Cadien

Drapeau Cadien: La Stella-Marie représente l’origine Acadienne, les fleurs de lys représentent la France et le château représente l’hospitalité et la protection espagnole (Castille).

En ce jour de la Saint-Yves, chère à l’Histoire des Bretons, Michel et Bryan me diront qu’ici on appelle les habitants les « Cadiens » et que ce sont des journalistes Parisiens mal informés qui les ont appelés « Cajuns » car attention, il s’agit d’un anglicisme puisqu’en anglais on prononce ce mot « Cadiens » également. Je trouve cela important car ce peuple se rapproche encore plus ainsi de ses racines Acadiennes et de son Histoire.

l'Acadiane

L’Acadiane (en rose)

Ce soir, nous avons fait la connaissance également de Susan Karimiha et de David Picha, amis de Michel et Bryan, tous chercheurs au LSA (Louisiana State University) où nous avons rendez-vous demain après-midi. Il existe un potentiel d’échange à mettre en place avec les universités bretonnes et notamment sur les polymères. Nous vous en parlerons dans notre prochain article. Nous rentrons à l’hôtel (pour une partie du groupe) et l’orage éclate… alors que l’autre partie visite le « quartier français » avec Mark qui les sauvera avec son « truck ». Tout ce beau monde rentrera à l’hôtel sain et sauf.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s